Decadance - Ohad Naharin

Mis à jour : nov. 13


L’Opéra de Paris accueille l’œuvre-éventail des créations de Naharin.



Il n’y a pas de decadance sans transe en danse.

Avec « Decadance », ça n’est plus l’heure de s’embourber dans son fauteuil, ce soir-là, le public plonge dans l’univers « gaga », monde enchanté d’Ohad Naharin.

L’échevelée « Decadance » offre des instants décalés voire burlesques, accompagnés de courts entractes justement composés d’humour. Les corps ensemble se tordent et c’est la métamorphose de l’homme-feu d’artifice. De l’élan explosif à l’implosif se mêle une gestuelle suave et joueuse, propre au chorégraphe israélien. Doucement fouetté au visage comme au cœur, le spectateur ressort du spectacle « gaga-ifié ».


© Double.H.

© Le Coquelicot Revue, 2020, Tous les droits sont réservés 

la reproduction partielle ou complète des textes et autres contenus présents sur le site est strictement interdite sans l’autorisation écrite des auteurs et sans mention de la source. Toute personne contrevenant à ces dispositions s’expose à des poursuites judiciaires.

  • Facebook Clean
  • Blanc Icône Instagram