top of page

Anne Romby, l'encre, le pinceau et le vers


D’une danse gestuelle intuitive et intime, naissent des paysages de l’infini. Sous ses pinceaux, Anne Romby explore le mystère, né de l’incessant battement entre les vastes entités : Terre/Ciel ; Montagne/Mer ; Vallée/Nuée ; Arbre/Roche ; mais aussi ce qui se joue dans l’infime, entre une brassée de lumière qui surgit ou s’attarde et une roche nimbée de mousse, qui devient patience ou ruissellement...


© Anne Romby, Évanescence, empreinte en négatif d’une encre réalisée au pinceau sur papier Kozo Le Coquelicot Revue N°04


Le mouvement appuyé ou relâché du pinceau de l'artiste fait apparaître des paysages. Tantôt marins, tantôt rocheux, est-ce une robe d'écumes ou bien la crête d'une montagne ? Évanescence a trouvé sa place dans « Écumes », le quatrième numéro du Coquelicot Revue.


Funambule, Anne Romby danse avec ses tremblements, ses pinceaux d’eau vive, ses ruisseaux de mots, sans intention ni esquisse préalable, sinon la vitalité de se tenir en « corps à cœur » avec ce qui vibre au dedans de son être, dans cet équilibre de l’instant présent. Le sensible à fleur de peau rejoint tout ce qui est mouvance, côtoie l’instable et le fragile ; le plein et le vide ; le visible et l’invisible.


© Anne Romby, « Les Chemins de Mò », Éditions Astrid Franchet, 2020

© Anne Romby
 

Anne Romby est venue au monde en 1959 dans un petit village Axonais de Picardie. De son enfance, elle garde quelques richesses inestimables puisées dans la nature, dans le sens du Vent. En passant par les Beaux-Arts de St Quentin, Reims, Strasbourg, elle emprunte au gré du temps les sentiers de la poésie ; accueille la voix des contes ; leur part de secrets assoupis, pour accompagner les chants singuliers des passeurs de sève.


Durant plus de 35 ans, elle illustre des livres pour la jeunesse, animant en parallèle des ateliers multiples de gravure pour les enfants et adolescents. Rencontres, salons, expositions internationales ponctuent le voyage. Sa passion pour l’Asie et l’étude de la pensée chinoise, la relient à la calligraphie de ses débuts. Elle se consacre désormais à la densité de l’encre noire, où peintures et poèmes s’entrelacent. Sous ses pinceaux, elle explore le mystère, né de l’incessant battement entre les vastes entités : Terre/Ciel ; Montagne/Mer ; Vallée/Nuée ; Arbre/Roche ; mais aussi ce qui se joue dans l’infime. Macrocosme et Microcosme s’interpénètrent. "Mouvement de Vie-Résonance-Esprit" est au centre de sa partition.






59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page